Résultats de terrain 2012

Les données 2012 ont permis de compléter la base de données et de sortir de nouveaux résultats dont les plus significatifs sont présentés ci-dessous. L'ensemble des résultats ont été présentés aux animateurs lors des journées de restitution.

L’importance des aménagements en bordure de parcelle

Diversité de papillons et bordures de parcelle

© MNHN

Occupation des nichoirs et bordures de parcelles

© MNHN

Ces premiers résultats montrent l’importance des aménagements en bordure de parcelle pour les papillons et les abeilles, par rapport à une parcelle sans bordure particulière. Significativement (*), des éléments paysagers tels qu’un fossé ou cours d’eau, une lisière de bois ou une haie apportent des habitats particulièrement intéressants pour ces insectes.

Avec plus de données, il sera possible d’étudier les agencements les plus favorables lors de la présence simultanée de différents aménagements. Pour faire ces distinctions, il est important d’avoir des nichoirs placés dans des situations différentes : gardez la diversité de vos emplacements !

L’abondance et la diversité de papillons sont aussi directement liées à la présence de plantes en fleurs à proximité du transect. L’intérêt de ces aménagements découle donc également de leur gestion.

Dates d'apparition des opercules

© MNHN

Des groupes d’abeilles qui se complètent pour la pollinisation !

Ce graphe montre les dates d’observation des différents types d’opercules. Les groupes écologiques se succèdent au cours de la saison et se complètent pour la pollinisation. Les Osmies maçonnes, qui réalisent les opercules en terre sont les plus précoces. Elles sont connues pour polliniser particulièrement les cultures précoces et les arbres fruitiers.

Impact du travail du sol en grandes cultures

© Université de Rennes I

Placettes vers de terre

Au sein des 56 prairies et des 303 grandes cultures caractérisées courant 2011 et 2012, les abondances lombriciennes sont très variables. Dans les grandes cultures, les perturbations mécaniques semblent défavorables aux vers de terre. En prairie, une différence est à noter entre les modes de gestion.

Impact du mode de gestion des prairies

© Université Rennes 1

Les suivis sont à poursuivre pour affiner et consolider ces analyses. En effet, si l'apport trophique des bouses lors du pâturage favorise les vers, des études montrent que trop de piétinement les pénalise. Enfin, la diversité des modes de travail du sol est telle que les résultats observés suscitent beaucoup de questions (profondeur, fréquence de labour, ...). A voir dès les prochaines analyses…

Focus sur les escargots

© MNHN

Focus sur les escargots

De par leur écologie, les escargots sont plus présents en cultures pérennes (essentiellement en viticulture).

Considérés comme ravageurs, par les dégâts que peut entrainer une importante population, il est possible de favoriser leurs  prédateurs naturels. De nombreux oiseaux, mammifères (hérisson), amphibiens se nourrissent d’escargots. Il est intéressant de les favoriser dans les vignobles. Des invertébrés comme les gros carabes ou les staphylins sont également prédateurs de ces mollusques.

Découvrez la synthèse de l'année 2012 en téléchargeant le document ci-dessous !