Les différents opercules observés

Le principe du protocole est d'observer et de noter les différents opercules construits dans les tubes. Quels groupes écologiques d'abeilles utilisent les nichoirs posés ?

Nichoir occupé

© R.Leguillon

QUELLES ABEILLES UTILISENT LES NICHOIRS POSES ?

Les nichoirs proposés dans le cadre de l’observatoire agricole de la biodiversité sont adaptés pour les abeilles solitaires nidifiant dans des cavités creuses (essentiellement des espèces de la famille des Mégachilidés). Le diamètre utilisé oriente également l’occupation.

 

La nature de l’opercule utilisé pour boucher la loge occupée variera selon le groupe écologique de l’espèce. Très grossièrement (mais il y a de nombreuses exceptions) :

Terre par les Osmies maçonnes
Morceaux de feuilles par les Mégachiles
Résine par les Hériades
Coton par les Anthidies cotonnières
Opercules en terre

© RLPreudHomme

Opercule en mortier (terre / boue) :

Parmi les abeilles solitaires les plus précoces, les Osmies maçonnes sont facilement reconnaissables. Leur abdomen est recouvert de poils roux. Elles sont actives dès le mois de mars. 

Ces espèces (principalement Osmia cornuta et Osmia rufa) utilisent de la boue en malaxant de la terre avec leur salive, pour construire les loges à l’intérieur des cavités qu’elles colonisent. Elles ferment également le nid par un opercule de boue.

D'autres espèces et mêmes certaines guêpes solitaire peuvent utiliser de la terre.

Opercules en feuilles

© M. Follot

Opercule en morceaux de feuilles : 

Les nids obstrués par des morceaux de feuilles sont l’ouvrage des Mégachiles. Ces abeilles aussi appelées « coupeuses de feuilles », découpent des cercles ou demi-cercles dans les feuilles à l’aide de leurs fortes mandibules. Elles en tapissent la cavité où elles pondent.

Opercules en feuilles mâchées

© RLPreudHomme

Opercule en ciment végétal (feuilles mâchées) :

 

Certaines espèces d’abeilles sauvages utilisent un ciment végétal pour construire leur nid et fermer les cavités colonisées. Elles broient des feuilles ou des tiges avec de la salive.

La couleur de l’opercule va dépendre de  la végétation utilisée. Si celle-ci est déjà sèche, l’opercule pourra avoir une couleur marron dès sa construction. Attention à ne pas confondre avec un opercule de type « terre ou boue ».

Parmi les espèces utilisant du ciment végétal, Osmia caerulescens est une petite abeille dont la femelle, noire, peut présenter des reflets bleus. Cette espèce est connue pour  polliniser, entre autres, les plantes aromatiques. De nombreuses autres espèces d’abeilles utilisent des végétaux mâchés pour fermer les loges.

Opercule en résine

© RLPreudHomme

Opercule en résine :

Certaines abeilles se servent de résine pure pour les cloisons qui sépareront les différentes loges entre elles et ferment la cavité par un bouchon de résine, avec éventuellement du gravier ou des débris.

Opercules en coton

© B.Hamot

Opercule en « coton » ou « ouate » :

 

Certaines Anthidies sont appelées aussi abeilles cotonnières. Leur nom vient du « coton » qu’elles vont utiliser pour construire leurs nids. Il s’agit en réalité de poils de plantes qu’elles rasent sur les feuilles ou les tiges, et roulent en ballot.

Opercules en herbe

© BLamouroux

D’AUTRES INSECTES UTILISENT-ILS LES NICHOIRS POSES ?

Les guêpes solitaires :

Toujours dans l’ordre des Hyménoptères, certaines guêpes solitaires peuvent également utiliser les nichoirs. Elles construisent leurs nids de la même manière que les abeilles solitaires, en formant une ou plusieurs loges avec de la terre ou des végétaux. Ce sont essentiellement des insectes prédateurs, qui vont déposer des proies comme nourriture pour leurs larves, à la place du pollen et du nectar. (Ces guêpes sont des insectes intéressants pour la lutte contre les ravageurs car leurs proies peuvent être des ravageurs de cultures comme des Coléoptères ou des mouches…)

 

Par exemple, la photo illustre la colonisation du nichoir par Isodontia mexica. Cette guêpe noire utilise de la paille ou du « foin » pour fermer les loges. Une proie est visible dans une des cavités. Il s’agit d’un Orthoptère (ordre des sauterelles, criquets et grillons).

Parasites

© RLPreudHomme

Les prédateurs et parasites :

De nombreux prédateurs ou parasites sont susceptibles de coloniser les nichoirs pour se reproduire aux dépends de l’abeille solitaire. Les œufs pondus dans les loges se développent en se nourrissant soit de la larve d’abeille, soit du stock de nourriture destiné à cette dernière.